moqueur

moqueur, euse [ mɔkɶr, øz ] adj. et n.
• v. 1180; de moquer
1Qui a l'habitude de se moquer, qui est enclin à la moquerie. blagueur, 1. caustique, facétieux, frondeur, goguenard , gouailleur, persifleur, pince-sans-rire. « La vraie femme est trop tendre pour être moqueuse » (Michelet).
N. C'est un moqueur.
2Qui est inspiré par la moquerie, qui indique un caractère porté à la moquerie. ironique, narquois, 1. piquant, railleur. Regard, rire moqueur. Critique moqueuse. satire.
3 N. m. (1676) Oiseau américain du groupe des merles, qui imite le chant des autres oiseaux. Oiseau d'Afrique, voisin de la huppe, et dont le plumage présente des reflets métalliques.
⊗ CONTR. Admiratif, flatteur.

moqueur nom masculin Oiseau (coraciadiforme) des savanes africaines, voisin de la huppe, au plumage bleu et vert à reflets métalliques, qui imite le chant des autres oiseaux. Synonyme de mime. ● moqueur (synonymes) nom masculin
Synonymes :
moqueur, moqueuse adjectif et nom Littéraire. Qui se moque ; qui aime à se moquer. ● moqueur, moqueuse (synonymes) adjectif et nom Littéraire. Qui se moque ; qui aime à se moquer.
Synonymes :
- blagueur (familier)
- facétieux
moqueur, moqueuse adjectif Inspiré par la moquerie, qui manifeste de la raillerie : Sourire moqueur.moqueur, moqueuse (synonymes) adjectif Inspiré par la moquerie, qui manifeste de la raillerie
Synonymes :

moqueur, euse
adj. et n.
rI./r adj.
d1./d Qui se moque, qui est porté à la moquerie. Esprit moqueur.
|| Subst. Un moqueur impénitent.
d2./d Qui exprime ou marque de la moquerie. Regard moqueur.
rII./r n. m.
d1./d ORNITH Oiseau arboricole des savanes africaines, voisin de la huppe, au plumage noir à reflets vert-bleu, au long bec mince incurvé et à longue queue.
d2./d Passériforme grisâtre du sud des È.-U. qui peut imiter toutes sortes de bruits.

⇒MOQUEUR, -EUSE, adj. et subst.
I.Adjectif
A. — [En parlant d'une pers.] Enclin, porté à la moquerie, à la raillerie; qui a l'habitude de se moquer. Synon. ironique, gouailleur (fam.), persifleur, railleur. Toujours moqueuse, Lélia! Vous pouvez rire et railler ici en présence de cette scène sublime! (SAND, Lélia, 1833, p.109). Tante Coralie, (...) tu ne peux imaginer comme elle était vive et moqueuse. Elle n'avait pas froid aux yeux (DUHAMEL, Cécile, 1938, p.188):
1. C'est que ce peuple si fin, si moqueur, qui rit de tous les écrits publiés sous la censure de ses maîtres, fait sa lecture habituelle de petits poèmes qui racontent avec chaleur la vie des brigands les plus renommés.
STENDHAL, Abbesse Castro, 1839, p.142.
SYNT. Moqueur et acerbe, amical, bienveillant, charmant, cruel, féroce, fin, froid, indulgent, insultant, léger, narquois, sévère, silencieux, spirituel, tendre, triste.
Emploi subst. Et toute la rancune d'enfance ressuscita qu'il nourrissait à l'égard de la moqueuse, de ses dédains (ADAM, Enf. Aust., 1902, p.409). On voulait se moquer de lui. Eh bien, il se moquerait des moqueurs et il déchirerait la lettre (DUHAMEL, Passion J. Pasquier, 1945, p.164):
2. Tenez, madame, voulez-vous que je vous dise deux de vos grandes méfiances à mon égard? Ma réputation de moquerie, — vous voyez que je suis un moqueur assez funèbre, — et mon titre d'homme de lettres.
GONCOURT, Journal, 1855, p.183.
B. — [En parlant d'une pers., de ses attitudes, de son comportement, de ses paroles] Chargé, empreint de moquerie. Synon. ironique, malicieux, mordant, railleur. Air, geste, œil, regard, sourire, ton moqueur; bouche, grimace, voix moqueuse; couplet, refrain moqueur; réponse moqueuse. Sifflotant un air de valse, à la façon hardie et moqueuse de l'enfant de Paris (PONSON DU TERR., Rocambole, t.3, 1859, p.492). Tout le monde (...) l'entourait d'un respect moqueur, car l'excellente vieille associait à une expérience de plus de soixante années une ingénuité sans bornes (THARAUD, Maîtr. serv., 1911, p.160):
3. Lucien participa joyeusement à quelques-uns des bons mots et des traits avec lesquels on terminait le journal (...). Cette conversation éminemment moqueuse, spirituelle, méchante, mit Lucien au courant des moeurs et du personnel de la littérature.
BALZAC, Illus. perdues, 1839, p.408.
II.Subst. masc.
A. — Oiseau passériforme d'Amérique, du groupe des merles (comprenant plusieurs espèces), qui imite les cris et les chants des autres oiseaux. Un seul, le moqueur d'Amérique, a le génie du comédien, marquant tous ses chants d'une mimique strictement appropriée à leur caractère et souvent très-ironique (MICHELET, Oiseau, 1856, p.244).
P. appos. Merle moqueur. Il (...) y avait là (...) tout simplement une demi-douzaine de ces oiseaux moqueurs et chanteurs (VERNE, Île myst., 1874, p.108).
B. — Oiseau d'Afrique (comprenant plusieurs espèces voisines des huppes), au plumage noir à reflets métalliques et à longue queue étagée. Les moqueurs ont des pattes longues, un plumage à reflets métalliques et un bec grêle et long, plus ou moins recourbé (J. RAYNAUD, G. GEORGY, Nature et chasse au Dahomey, Paris, 1969 ds Équipe IFA, Inventaire des particularités lex. du fr. en Afrique noire (G-O), Aupelf, 1982, p.158).
REM. Moqueusement, adv. D'une manière moqueuse. Ce dieu de l'histoire et de l'appréciation sagace et sévère (...) peint comme Tacite, mais il a le sentiment religieux de Bossuet, inconnu à l'âme moqueusement froide du Romain (BARB. D'AUREV., Memor. 1, 1838, p.160). Le voici qui fuit comme un faon! D'un bond il s'est mis hors du filet, et je le vois qui moqueusement vous fait signe! (CLAUDEL, Euménides, 1920, p.953).
Prononc. et Orth.:[], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1280 subst. moqueour «railleur» (Clef d'amour, éd. A. Doutrepont, 2276); 2. 1559 adj. moqueur «qui est empreint de moquerie, qui manifeste de la moquerie» (J. GRÉVIN, Pastorale, éd. L. Pinvert, p.220); 3. 1676 subst. mocqueur «oiseau» (Extrait du Journal d'Angleterre contenant la description que M. Glover a envoyée de la Virginie ds Fr. mod. t.23, p.222). Dér. de moquer; suff. -eur2. Cf. le fém. moquerresse ca 1330 (GUILLAUME DE DIGULLEVILLE, Pélerinage vie hum., éd. J. J. Stürzinger, 7633). Fréq. abs. littér.:736. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 1136, b) 1571; XXe s.: a) 1003, b)714. Bbg. QUEM. DDL t.1.

moqueur, euse [mɔkœʀ, øz] adj. et n.
ÉTYM. V. 1180, mocqueür; de moquer.
A
1 Qui a l'habitude de se moquer, qui est enclin à la moquerie. Blagueur, caustique, chineur, comédien, daubeur, dédaigneux, facétieux, frondeur, gausseur, goguenard, gouailleur, mordant, persifleur, pince-sans-rire (→ Causeur, cit. 1; hyménée, cit. 6).
1 La femme, la vraie femme, est trop tendre pour être moqueuse.
Michelet, la Femme, p. 259.
2 Et pourtant, comme j'aime, comme j'ai toujours aimé l'ironie, Heine, par exemple. Dans la vie, dans mes rapports avec les gens, je suis très moqueur aussi.
Paul Léautaud, Journal littéraire, t. I, p. 218.
N. || C'est un moqueur. || Un moqueur impertinent, incorrigible. || Un moqueur de génie (→ Attaque, cit. 8).
3 Molière, ce moqueur pensif comme un apôtre.
Hugo, l'Année terrible, juil. 1871, IX.
2 (Déb. XVIIe). Qui est inspiré par la moquerie, qui indique un caractère porté à la moquerie. Ironique, narquois, piquant, railleur. || Air moqueur (→ Intonation, cit. 3). || Regard (→ Hardi, cit. 14), rictus, rire moqueur (→ Imposture, cit. 7). || Sarcasmes moqueurs (→ Ironique, cit. 3). Sardonique. || Sourire moqueur (→ Ironie, cit. 10). || Esprit (→ Malignité, cit. 6), sentiment moqueur (→ Habiter, cit. 9). || Propos moqueurs. Dérisoire.
4 Oui, deux mots, le silence même,
Un regard distrait ou moqueur,
Peuvent donner à qui vous aime
Un coup de poignard dans le cœur.
A. de Musset, Poésies nouvelles, À Mlle .
5 Il (Haendel) regardait bien en face, une lumière railleuse dans l'œil hardi, un pli moqueur au coin de la grande bouche fine.
R. Rolland, Voyage musical…, III.
B N. m. (1676). Oiseau américain du groupe des merles, qui imite le chant des autres oiseaux. || Genre Moqueur, auquel appartient cet oiseau.Appos. || L'oiseau moqueur. En Afrique, Oiseau à longue queue, dont le plumage présente des reflets métalliques.
DÉR. Moqueusement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • moqueur — moqueur, euse (mo keur, keû z ) adj. 1°   Qui se moque. •   Le Français quelquefois est léger et moqueur ; Mais toujours le mérite eut des droits sur son coeur, VOLT. Événements de 1744. •   On s est moqué de ce système ainsi que des anguilles… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • moqueur — Moqueur, [moqu]euse. adj. v. Railleur, qui ne parle pas serieusement. Il est naturellement moqueur. il a l humeur moqueuse. Il se prend le plus souvent substantivement. Ne le croyez pas, c est un moqueur. cela ne peut pas estre comme elle le dit …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Moqueur — Surnom donné à un personnage moqueur, ce nom de famille rare est porté en Charente …   Noms de famille

  • Moqueur — Nom vernaculaire ou nom normalisé ambigu : Le terme « Moqueur » s applique en français à plusieurs taxons distincts. Moqueur …   Wikipédia en Français

  • MOQUEUR — EUSE. adj. Qui se moque, qui raille, qui a l habitude de se moquer, de railler. Il est naturellement moqueur. Il a l humeur moqueuse. Ris, discours, air moqueur .  Il s emploie aussi substantivement, et se dit d Une personne qui ne parle pas… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • moqueur — an., railleur, persifleur, guoguenard, critique malveillant, sarcastique, (qui a une audience publique), malicieux, narquois ; malicieusement : MOKRAN / mokerin, DA, E (Albanais.001, Annecy, Arvillard.228b, Balme Si., Nonglard, Villards Thônes /… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • moqueur — фр. [мокэ/р] насмешливый …   Словарь иностранных музыкальных терминов

  • Moqueur Polyglotte — Pour les articles homonymes, voir Moqueur …   Wikipédia en Français

  • Moqueur Plombé — Moqueur plombé …   Wikipédia en Français

  • Moqueur Chat — Moqueur chat …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.